Comment divorcer en Belgique ?

La loi belge prévoit 2 manières de divorcer: par consentement mutuel ou pour désunion irrémédiable.

Les 2 procédures étant très différentes, il convient tout d’abord de s’orienter vers l’une ou l’autre en fonction de la situation entre les conjoints:

Quand les deux époux sont d’accord sur tous les points du divorce, on peut se diriger vers un divorce par consentement mutuel (aussi appelé divorce amiable).

Si par contre, les deux époux ne parviennent pas à se mettre d’accord sur certains points, il faut alors entamer un divorce pour désunion irrémédiable.

Dans bien des cas, les conjoints auront tout intérêt à s’entendre sur les conséquences de leur divorce afin de pouvoir profiter des avantages présentés par la procédure à l’amiable.

Quels sont les avantages d’un divorce par consentement mutuel (à l’amiable)?

Il s’agit de la manière la plus simple, la plus rapide et la moins onéreuse de divorcer en Belgique en 2020. En pratique, 3 divorces sur 4 se règlent à l’amiable.

Cela permet d’aboutir à une solution équilibrée, qui convient aux deux époux puisque ce sont les époux eux-mêmes (et non le juge) qui décident, de commun accord, des effets de leur divorce sur leurs personnes, leurs enfants et leurs biens.

Divorcer à l’amiable présente aussi un avantage financier. Le déroulement de la procédure étant connu à l’avance (donc sans surprise), un prix forfaitaire avantageux sera le plus souvent proposé par l’avocat consulté.

Et dans la mesure où il n’y a aucun conflit d’intérêts (les deux époux étant d’accord sur tout), il n’est pas nécessaire que chacun prenne « son » avocat. Le divorce par consentement mutuel permet aux deux époux de ne prendre qu’un seul avocat pour le couple, ce qui permet d’en réduire considérablement le coût.